La microrhéologie implique le suivi des mouvements de particules dispersées de taille connue d'un traceur par la diffusion dynamique de la lumière (DLS), et la détermination des propriétés rhéologiques de l'échantillon à l'aide de la relation généralisée de Stokes-Einstein. La DLS est une technique de microrhéologie passive, dans laquelle les particules de la sonde colloïdale subissent uniquement des fluctuations thermiques dans un système en équilibre thermodynamique.

La microrhéologie par DLS caractérise la rhéologie des fluides complexes de faible viscosité et faiblement structurés, tels que des solutions diluées de polymères et de surnageants dans les formulations de protéines concentrées. La microrhéologie offre des avantages significatifs pour ces types de matériaux :

  • Des sondes de très haute fréquence nécessaires pour caractériser des intervalles de temps très courts nécessaires à la caractérisation des réponses viscoélastiques, (tandis que les techniques mécaniques sont fondamentalement limitées par l'inertie).
  • Requiert des volumes de l'ordre du microlitre seulement pour la caractérisation rhéologique des matériaux pour lesquels le volume d'échantillon est limité, par exemple les formulations à base de protéines.

Les applications de microrhéologie DLS comprennent :

  • Caractérisation rhéologique des solutions thérapeutiques des protéines et des biopolymères.
  • Mesures de la viscoélasticité des solutions de protéines pour évaluer les premiers signes des interactions protéine-protéine et de formation d'agrégats insolubles
  • Développement et analyse des formulations.
  • Rhéologie haute fréquence des systèmes de dilution dans les temps adaptés au procédé.
  • Surveillance du développement de la structure dans des fluides complexes avec rupture de la durée, de la température, ou de la structure pendant la dilution.